• Isabelle Moulis

Collages

Les Collages ;

je pense que mon amour pour eux datent du collège, avec les poèmes de Jacques Prévert, les recueils édités en format livre de poche étaient illustrés de collages de l'artiste.


Cela a été une découverte, pour les mots de l écrivain bien sur, mais plus encore pour ses montages d’images, ses univers poétiques et fantastiques qui me faisaient rêver.

J’ai d’ailleurs eu la grande joie de retrouver ces premières émotions, et plus encore, en plongeant dans cet univers, bien des années plus tard lors d'une exposition dédiée à Prévert à Paris (oct 2008 février 2009).



Jacques Prévert découpe des images qui lui plaisent et les place dans des tiroirs et des cartons où elles somnolent jusqu'au moment où l'évidence lui crève les yeux pour qu'ils s'exclament "Mais ça, ça va avec ça..." Son cœur, sa tête et ses mains s’agitent alors. Il découpe. Il dispose. Il colle. Il recompose une image hybride à laquelle il donne une pertinence. Jacques n'est pas un enfant sage. Il désarticule et crée la confusion pour discréditer et inviter à repenser le monde.

Carole Aurouet - "Jacques Prévert l'humour de l'art", Ed




* * * * *


Le début de l'art du collage n'est pas facile à situer, et puis il faut savoir ce que l'on entend par collage…


Le mouvement cubiste est certainement le premier à intégrer des éléments, papiers, cartons, toiles, bois, mais, contrairement aux mouvements dadaïste et surréaliste, il utilise principalement les éléments comme supports, éléments techniques.


Dès 1910, Braque s'est trouvé embarrassé par la contraction de l'illusion d'espace. Dans certains tableaux, il introduit un léger trompe-l’œil ou suggère une illusion. Pour dissocier la surface, il imite la typographie. Les caractères d'imprimerie arrêtent le regard sur la surface plane (comme une signature), et par effet de contraste tout le reste est renvoyé à une réminiscence d'espace profond ou plastique. D'autres procédés sont utilisés pour souligner la réalité de la surface : sable mélangé au pigment, simulation des veines du bois ou du marbre. Le processus d'aplatissement semblant inexorable, Braque introduisit de vrais morceaux de papier peint (1912) et Picasso de la toile cirée.

Clement Greenberg -"Art et culture, essais critiques", Ed : Macula, 1988, p82


* * * * *


La période Dada -ou Dadaïsme- fut relativement courte avec un mouvement qui a perduré approximativement entre 1917-1923,ensuite suivie par le Surréalisme début des années 1920

Le mouvement surréaliste lutte contre les conventions sociales, morales et logiques en prônant les valeurs de l’imagination et du rêve.

« Ce qu’en particulier ont voulu les surréalistes c’est bien moins créer la beauté que s’exprimer librement » André Breton


Ce genre s’applique en premier lieu à la littérature. Max Ernst est considéré comme le premier peintre surréaliste avec ses collages en 1919. Il réalise ses premiers « frottages » en 1925. Cette même année, René Magritte et Yves Tanguy présentent leurs œuvres surréalistes. Peu après, ils sont rejoints par deux artistes qui deviendront d’immenses figures de ce mouvement : Salvador Dalí et Alberto Giacometti.

L’ exercice du collage naîtra du désir de se démarquer des outils traditionnels et servira à une dimension poétique en associant des éléments isolés qui étaient à priori incompatibles.

Dali jouera les ambiguïtés entre ce qui relève du collage et ce qui n'en est pas, des parties collées passant pour peintes alors que des parties peintes passeront pour collées.



Chez Max Ernst, alors en Allemagne, dadaïste puis surréaliste; on peut noter une volonté forte de représenter le réel par opposition au surréalisme.



Prévert :


Jacques Prévert fera partie de ce mouvement surréaliste de 1925 à 1929.

Par la suite et malgré sa rupture avec Breton et ses amis, Prévert restera tout de même marqué par le Surréalisme, il va ainsi créer un style qui lui est propre où il mêle l’humour, la simplicité, le merveilleux.



* * * * *


Parallèlement aux grands noms du Cubisme, Dadaïsme et Surréalisme...


Hannah Hoch :


Après avoir abandonné ses études et avoir suivi des études d'art, Hannah dessinera des motifs de crochet et de tricot pour les magazines du groupe de presse Ullstein – ce sera pour elle une source d' alimentation pour ses photomontages. En 1918, l’artiste et son compagnon R. Haussmann découvrent une pratique populaire constituant à coller l’image de son propre visage sur des photographies de soldats prussiens – de sera la source d’inspiration de leurs premiers collages dadaïstes.



Kurt Schwitters :


à la période du surréalisme, Kurt Schwitters, en Allemagne, créera son propre courant artistique, le collage y tiendra une place primordiale; pour lui le collage suppose une attention à l’environnement, ce qui l’amène à collecter puis à réaliser ses œuvres à partir de détritus, de rebuts.



Matisse :


A la suite d un cancer Matisse, diminué travaillera en chaise roulante.

Dans les années 1940, il réalisera des centaines de collages.

Le peintre est accompagné d’assistants qui l’aident dans la réalisation de ces collages qui atteignent parfois plusieurs mètres de longueur et de hauteur. La première étape du travail consiste à peindre en couleurs vives de grandes planches de papier; en seconde partie Matisse découpe des formes dans ces papiers peints. Enfin, au moment de l’assemblage, Matisse fait des essais sur les murs de sa propre maison. Une poignée de punaises, un assistant sur un escabeau, Matisse assis au loin guidant les gestes de l’assistant.


Grâce à cette technique du papier découpé, Matisse retrouve la fluidité du pinceau avec de simples ciseaux. Surgissent alors des feuilles, des palmes, des algues, des fleurs, des étoiles, des oiseaux, des coraux qu'il assemble.

« Le papier découpé me permet de dessiner dans la couleur. Il s’agit pour moi d’une simplification. Au lieu de dessiner le contour et d’y installer la couleur — l’un modifiant l’autre — je dessine directement dans la couleur, qui est d’autant plus mesurée qu’elle n’est pas transposée. Cette simplification garantit une précision dans la réunion des deux moyens qui ne font plus qu’un. » Henri Matisse

* * * * *


Par la suite les collages diffèrent, , du moins s'éloignent des collages précis d'éléments photographiques et/ou peints pour devenir prétextes à ajouts de matières sur le support , des empattements de terre de boue, de différents matériaux... Dans l'art Brut notamment.



Autres périodes, autres collages…


Peter Beard, photographe :


Né en 1938 à New York, l’artiste contemporain commencera ses images documentaires d’Afrique regroupées dans des collages mêlant peinture, dessin et texte dans les années 1960, ses collages photographiques se mélangent à de l'encre, du sang, des poils d'animaux, il témoignera ainsi de la disparition des animaux sauvages au Kenya.



* * * * *


Nous voyons donc que le collage a pris au fil du temps différentes expressions, aujourd'hui il revient en force avec notamment l'art numérique, le collage prend notamment une place importante sur Instagram.


“Le Collage se porte comme un charme”

lien : https://www.konbini.com/fr/arts/cinq-artistes-qui-reinventent-le-collage-sur-instagram


Le nombre d'artistes que l'on peut croiser sur la toile est assez important, en voici 2 parmi mes préférés:

L'artiste grecque Eugenia Loli choisit une image qui lui plait pour ensuite construire, déconstruire, superposer ou enlever les autres images qui constituent l’œuvre. D’aspect «vintage », ses collages sont réalisés sur Photoshop.

« Parfois, après beaucoup de juxtapositions, l’image de base ne se retrouve pas forcément dans le collage final. »



L’artiste brésilien Marcello Monreal utilise des portraits d’icônes de la pop culture pour la création de ses collages floraux.


* * * * *


Vous pouvez également trouver avec le lien ci dessous une sélection de collages sélectionnés via pinterest:

https://www.pinterest.fr/imeimisa/art-collages/


* * * * *


Après cette page d'histoire quelques conseils:


Le collage, comment le pratiquer ?


Une grande table avec un carton, une toile cirée, beaucoup, beaucoup de matériaux : morceaux d'affiches, emballages, journaux, pubs, photos de revues, vieux livres d'école, partitions musicales, morceaux d'affiches superposés, mais également tissus, petits éléments si vous le désirez…


Les supports peuvent être multiples, cartons, calendriers, bois, toiles…


Le choix dépendra du format mais aussi du type de collage que vous désirez réaliser, plutôt poétique, fantastique, illustratif, abstrait, ou technique mixte avec de la peinture ou du dessin? De type scratchbooking ou carnet de voyages ?...


A la frontière entre travaux manuels et activité artistique le collage peut se réaliser quels que soient les capacités de la personne.Sa réussite dépendra principalement de qualités de composition et d'imagination.


Les sujets:


cela peut être


- une image qui va vous donner un point de départ et vous encourager dans une réalisation

- un thème que vous choisirez, légende, poème...

- une personne à qui ce collage sera destiné

...


Il y a une quinzaine d'années, j'ai réalisé un grand collage personnalisé pour chacun de mes 4 enfants, leurs âges respectifs à cette époque se situaient entre une dizaine et une vingtaine d années, j'ai choisi les couleurs, les éléments selon leurs personnalités d'alors, leurs prénoms et leurs goûts, je suis heureuse de constater qu'ils aiment toujours leurs collages et semblent ne pas s'en être lassés.



Quelques collages sortis de mes cartons, ainsi qu une partie de ma "base de données"


* * * * *


Après la toile, les collages s'exhibent parfois sur les murs, avec des agrandissements photographiques qui se placardent ou jouent d'une mise en scène.

Parmi les plus connus, on trouve :


Ernest Pignon-Ernest :


Un des précurseurs du Street-art dit on, je me souviens de collages sur des cabines téléphoniques, disparues depuis de la vie de nos villes, son travail est superbe ; émouvant, intemporel ,il dénonce les problèmes sociétaux, ses collages sont des reproductions de ses superbes dessins, inspirés parfois d’œuvres du passé.



Vous pouvez trouver une biographie de cet artiste ainsi qu'une petite comparaison de son travail avec celui de JR et de Banksy ici :

https://histdesartsmuret.wordpress.com/category/ernest-pignon-ernest/



JR :


Son travail se caractérise par des grands formats.


Il utilise la technique du collage photographique pour exposer sur les murs du monde entier. Il rend ainsi accessible ses œuvres à ceux qui ne fréquentent pas les musées. Son travail traite d’engagement, de liberté, d’identité et de limite.



Lors des actions de collage, les communautés participent au processus artistique, le spectateur devient alors acteur.




Certains artistes, plus ou moins connus, en plus d apporter de l art et de la réflexion à tous, voient également dans ces collages de rues, une galerie à ciel ouvert afin de faire (re) connaître leur travail.


Enfin soulignons certains collages manifestes qui suivent les actualités les plus graves



* * * * *


J'espère, que vous aurez pris du plaisir à la lecture de cet article que j'ai essayé de faire complet, un peu trop ? ;-) et aurez la curiosité de découvrir cet art et de vous “coller” vous même à cet exercice, passionnément !

Alors à vos papiers, ciseaux, scalpels, colles, crayons... et, amusez vous !

0 vue
  • Gris Pinterest Icône
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Flickr Icône

© 2019 ISABELLE MOULIS ARTISTE PLASTICIENNE La Rochelle FRANCE

Me contacter

Me contacter