• Isabelle Moulis

Albums de famille et animalité

Mis à jour : 9 mars 2019

Dans mon travail de peintre, la signification de mes sujets s’impose sans qu’une réflexion préalable se soit installée. "Mes escaliers", peintures de friches industrielles comme mes tableaux sur les cimetières maritimes découlent du même processus, instinctif.


Ce n’est qu’ensuite, après avoir répondu à des questions sur mes thèmes, après m’être plongée sur les symboles, que certains choix ont pu prendre sens par rapport à mon vécu et à ma personnalité.






Ce travail de peinture et dessin sur tissu découle de ce même processus. Le premier dessin arrive par "hasard". L’idée d’une série n’existe pas encore. Je rangeais des tissus obtenus à partir de vieux vêtements quand j’ai eu envie de dessiner sur l’un d’eux afin de voir. Inventer une histoire imaginaire a été le point de départ de la série, faisant naître l’envie de continuer dans cette voie imaginaire et onirique.






En parallèle ma mère m’avait prêté un vieil album familial que je n’avais pas envie de lui rendre. Revoir des photos de mon père jeune homme environ 1 an après son décès devait y participer....

J’avais toujours ma pile de tissus dans un coin et j’avais aimé cette première expérience.

Par la suite, j’ai ressorti l’album, certaines photographies m’ont semblé évidentes à travailler:

- le cliché de mariage de mes grands parents maternels, pour la tendresse et le désir d’inventer une autre destinée romantique à leur vie réelle pas toujours facile.


Les jeunes mariés sur dentelle anglaise


- une photo de mon père enfant avec ses plus proches frères, la tendresse et l’humour de leurs petits costumes semblables.




J’ai montré ces premiers travaux à des connaissances, rapidement on m’a confié des photographies ainsi que des histoires familiales, certains secrets de famille, leurs sentiments par rapports aux personnes, leurs vécus...


La vieille chouette, sur "serviette à thé", travaux d'aiguilles de jeunes filles





Tout cela se mélangeant à mes impressions premières. Mon inspiration artistique naissant de la rencontre entre évidences et nécessités. Je devais trouver le modèle et le support idéal, symboliser le réel, trouver une voie à mon imaginaire. Ainsi, je rêvais de ces tricoteuses en bord de mer en brebis écossaises, d’une vieille bique attendant son support, d’une jeune mariée avec une tache de sang sur un drap blanc...

Des tissus attendaient / attendent encore leur modèles, alors que des clichés attendent encore leur support « idéal ».



Ici, je constate également :

- un questionnement sur la vie, sur l’identité, sur le renouveau, sur les actes manqués, le goût des autres et de leurs histoires...

- le choix de "l'animalisation" me permettant d’offrir un regard quelquefois sérieux, souvent ludique, correspondant à des choix tantôt intuitifs, tantôt esthétiques.

- toutes les choses qui m’ont été confiées en même temps que les clichés me permettent de raconter les chagrins, de composer avec ou d’embellir certaines histoires. Comme s’il s’agissait pour moi de réinventer un roman familial.


L'agneau, serviette de table des années 60


Le prolongement de ce travail, son évolution, sillonnent de même.

Après la série "albums de famille" et ses "photos" indépendantes, j’ai rapidement eu envie d’aller plus loin, de faire autre chose en parallèle.

Mon "dessin" actuel est sur un grand drap blanc. Je désirais regrouper sur celui-ci différents portraits, l’idée de plusieurs photomatons m’est venue, par jeu puis comme symbole, ne sont-ils pas les représentations officielles de nos documents d’identité ?


Mais ce travail en cours n’est pas encore terminé. Cette "petite" réflexion que je m’impose préalablement n’étant pas fixée, la technique réclamant encore son support, juste le drap ou des bandes cousues, raccommodées, un patchwork d'histoires ?

De portraits animalisés aux portraits réels, d’époque différentes au sens de la vie avec des dessins à plusieurs âges, de l’intrusion de squelettes et de momies comme j’aime tant, me laisse encore dans l’interrogation du devenir et de la finalité de ce travail....

Mais c’est un peu comme la vie, non ?

De grands remerciements à tous ceux qui m‘aident sur ces réalisations en me confiant leurs photographies, leurs histoires ou en m’offrant des tissus, serviettes, napperons…


Siestes de chatons! Travail en cours sur drap de lit de bébé.

  • Gris Pinterest Icône
  • Gris Facebook Icône
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Flickr Icône

© 2019 ISABELLE MOULIS ARTISTE PLASTICIENNE La Rochelle FRANCE

Me contacter

Me contacter